En Envor consacre un article à Boulevard des étrangers - Les Archives Dormantes
18021
post-template-default,single,single-post,postid-18021,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-13.1.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

En Envor consacre un article à Boulevard des étrangers

en envor

 

En Envor, c’est la revue électronique d’histoire contemporaine en Bretagne en accès libre. Savez-vous ce que signifie En Envor en breton ? « En mémoire de ».

Spécialisée dans la sauvegarde et la transmission du patrimoine contemporain, le site enenvor.fr illustre parfaitement cet engagement : résolument inscrit dans l’ère 2.0, il est l’outil dynamique et performant de la valorisation de l’histoire contemporaine en Bretagne.

Cette semaine, la revue En Envor nous a fait le plaisir de consacrer un long article à « Boulevard des étrangers », intitulé « poursuivre la guerre derrière les barbelés? ». Nous publions ici un extrait mais nous vous invitons à découvrir l’article dans son intégralité ici.

 

« La publication de témoignages constitue à n’en pas douter un enjeu d’importance(…). Certes, on sait combien l’emploi de ces archives est délicat mais il n’en demeure pas moins qu’elles constituent une porte incontournable d’accès au réel. C’est ce que démontre avec brio le Boulevard des étrangers publié par Les Archives dormantes, jeune maison d’édition bretonne animée avec talent par Léna Jestin.

Si ce texte doit impérativement être connu, c’est avant tout parce qu’il est extrêmement rare. En effet, si l’histoire de l’internement administratif des « indésirables » étrangers pendant la Première Guerre mondiale est désormais connue, on ne dispose que de peu de témoignages sur ce volet du conflit. On mesure donc vite que ces carnets rédigés par Hugo Ringer, allemand né à Lodz en 1880 et installé à partir de 1912 en France, d’abord à Paris puis à Amiens, dépasse de très loin le cadre du seul camp du Jouguet, à Saint-Brieuc, où il est interné à partir de septembre 1914. Grand connaisseur de cet aspect du conflit, Ronan Richard, heureusement sollicité par Les Archives dormantes pour la publication de cette archive, rappelle dans la préface du volume combien les logiques d’assignation ayant conduit Hugo Ringer à Saint-Brieuc renvoient à une certaine actualité. Ainsi, ce texte témoignerait « de cette suspicion attachée aux migrants et aux errants et de cette propension des populations et des Etats à conjurer leurs grandes peurs par l’exclusion ou l’enfermement massif de toute altérité, nationale, sociale ou morale » »